Qu’est-ce qui « craque » chez le chiro?

Article rédigé par le Dr. Mikaël Reney8 juin 2018 Catégories: Fonctionnez mieux

Ah! Le grand mystère. La question revient souvent et il s’agit probablement de la crainte la plus commune associée aux soins chiropratiques. Quel est le phénomène physique lié à ce bruit? Est-ce dangereux ou douloureux? Y a-t-il des conséquences à « se craquer » soi-même une articulation? Trouvez enfin les réponses que vous cherchez en lisant ce qui suit.

Le chiropraticien effectue une manipulation articulaire que l’on nomme ajustement chiropratique. L’exécution de cette manœuvre est rapide, précise et de faible amplitude.

L’ajustement vise une articulation dont le mouvement ou le positionnement est incorrect. Cet état articulaire se nomme subluxation.

La subluxation est à l’origine de pertes de mouvement, d’inflammation, de raideurs musculaires, de douleur et d’un dysfonctionnement du système nerveux.

La cavitation : un savant mélange de physique et de chimie

Lors de certains ajustements chiropratiques, un bruit peut survenir. Ce phénomène se nomme la cavitation. Soyez d’abord rassuré : ce ne sont pas les os qui craquent ni un tendon, un ligament ou encore un muscle.

Une articulation est généralement formée de 2 os adjacents, dont la jonction est entourée d’une capsule articulaire, que l’on pourrait comparer à un ballon de fête. À l’intérieur de la capsule se trouve le liquide synovial (ou synovie) qui a plusieurs fonctions : lubrification, facilitation du mouvement, absorption des chocs, élimination des déchets et apport en nutriments aux os et cartilages. On retrouve aussi de l’oxygène, du dioxyde de carbone et de l’azote sous leur forme liquide, dissous dans la synovie.

L’ajustement chiropratique entraîne un étirement très rapide de la capsule articulaire au-delà de la limite physiologique normale, ce qui augmente le volume de la capsule et crée un vacuum (une bulle vide) à l’intérieur de l’articulation. L’oxygène, le dioxyde de carbone et l’azote dissous dans le liquide synovial passent de la forme liquide à la forme gazeuse, remplissant ainsi la bulle de gaz. On pourrait comparer cela à l’ouverture d’une bouteille de champagne. Au moment où la bouteille s’ouvre, les gaz dissous dans le liquide s’échappent. On aperçoit alors les bulles remonter à la surface.

Si les scientifiques s’entendent sur la formation de la bulle, il existe toutefois deux théories expliquant l’origine du son, qui se font bataille depuis plusieurs décennies. La première veut que ce soit l’éclatement de la bulle (ou de microbulles de gaz) qui entraîne le « crac » sonore alors que l’autre soutient que c’est plutôt la formation de la bulle qui produirait le bruit typique. Deux études plus récentes (2015 et 2018), une démontrant la cavitation sous résonnance magnétique et l’autre présentant plutôt un modèle mathématique, ont gardé les deux théories sur le tapis.

Est-ce vraiment une cavitation?

La particularité de la cavitation, c’est qu’elle est suivie d’une période réfractaire, qui dure une vingtaine de minutes, durant laquelle il est impossible de reproduire le craquement. C’est le temps moyen que prendront l’oxygène, le dioxyde de carbone et l’azote pour retourner sous leur forme liquide dans la synovie.

Alors si vos articulations craquent à répétition, il ne s’agit pas d’une cavitation articulaire. Il est probable que ce soit un tendon contracté frottant sur un os ou sortant de son sillon anatomique (une petite gouttière creusée dans l’os qui facilite le glissement adéquat du tendon). Les crépitements sont plus souvent dus à des débris articulaires (fragments osseux ou ligamentaires) flottant dans la synovie.

Est-ce douloureux ou dangereux, docteur?

La cavitation ne crée pas de douleur. La présence d’inflammation, d’irritation ou de tensions musculaires pourrait expliquer un certain inconfort lié à l’ajustement chiropratique. La douleur est un signe qu’il était grand temps que la correction articulaire se fasse!

Il n’y a pas de danger associé au phénomène de la cavitation. Le chiropraticien procède à divers examens et pose un diagnostic avant d’exécuter un ajustement chiropratique afin de déterminer s’il existe des risques reliés à l’état d’un patient – par exemple, l’ostéoporose sévère est une contre-indication à l’ajustement. Soyez rassuré, les risques sont mineurs et le docteur en chiropratique est formé (doctorat universitaire de premier cycle d’une durée de 5 ans) pour les reconnaître. Raison de plus pour confier votre colonne vertébrale à un professionnel de la santé qualifié.

Si vous expérimentez un craquement articulaire accompagné de douleurs, consultez un professionnel de la santé.

Est-ce que la cavitation est nécessaire lors de l’ajustement?

Certaines techniques chiropratiques emploient des outils qui n’occasionnent pas de cavitation. L’ajustement chiropratique typique est habituellement accompagné d’une cavitation. Une revue de littérature démontre que la cavitation pourrait améliorer le résultat d’un ajustement chiropratique, mais qu’il n’est pas essentiel à l’obtention de bénéfices.

La production d’un son pourrait toutefois ajouter un effet psychologique (type placebo) de réussite de l’ajustement, particulièrement chez les patients ayant des attentes en ce sens. Le contraire est aussi vrai, ces mêmes patients pourraient voir leurs bienfaits diminuer lors d’un ajustement sans cavitation.

Est-ce qu’il y a des conséquences à « se craquer » soi-même?

La question n’est pas simple et la science n’a pas vraiment de réponse claire. Donald Unger, un médecin américain, a remporté le prix Ig Nobel pour avoir fait craquer les articulations de sa main gauche, mais pas ceux de sa main droite, quotidiennement pendant 60 ans. À l’issue de son expérimentation, l’état de ses deux mains était similaire. Il a voulu démontrer à sa mère que cette habitude n’augmentait pas les risques de souffrir d’arthrite ou d’arthrose. On peut dire qu’il avait de la détermination! Mais il ne s’agit ici que d’un seul cas, ce qui a peu de valeur scientifique.

Cela dit, « se craquer » le dos ou le cou soi-même n’est pas la meilleure des idées. Cette manœuvre ne comporte aucune précision et donnera du mouvement aux articulations qui bougent déjà facilement. Le chiropraticien, quant à lui, sélectionne les vertèbres bloquées (subluxation), puis les ajuste spécifiquement, dans la direction souhaitée (en rotation, en flexion, en extension…). En reproduisant la manœuvre régulièrement, vous étirerez sans cesse les mêmes capsules articulaires sans corriger les articulations bloquées (subluxation) qui entraînent des irritations des systèmes nerveux et musculaires, entre autres. Vous augmentez donc les risques de créer des instabilités articulaires.

La cavitation est donc un phénomène normal, sans douleur et sans danger, qui accompagne certains ajustements chiropratiques.

Si vous avez certaines craintes ou réticences envers l’ajustement chiropratique, n’hésitez pas à en discuter avec votre chiropraticien. Il pourra modifier son approche ou vous expliquer plus en détail les mécanismes sous-jacents.

 

Références :
SUJA et BARAKAT. « A Mathematical Model for the Sounds Produced by Knuckle Cracking », Scientific Reports, 2018, vol. 8, article no 4600.
UNSWORTH, A., et coll. « Cracking joints – A bioengineering study of cavitation in the metacarpophalangeal joint », Annals of the Rheumatic Diseases, 1971, vol. 30, p. 348.
KAWCHUK, G. N. et coll. « Real-Time Visualization of Joint Cavitation », PLOS ONE, 2015. //doi.org/10.1371/journal.pone.0119470
BAKKER, M. et J. MILLER, « Does an audible release improve the outcome of a chiropractic adjustment? », The Journal of the Canadian Chiropractic Association, 2004, vol. 48, no 3, p. 237-239.

(Visited 11 times, 1 visits today)

Avez-vous apprécié cet article ?