S’armer contre le rhume et la grippe

MonChiro rhumes grippes systeme immunitaire princ

Who says autumn, says cold temperatures and… infections! This is not new, each year we wait for the germs to be like a fatality. But this season, we choose to wage war on them! To achieve this feat: we analyze the enemy, we reinforce the troops and we fill our arsenal.

Who is the enemy?

Why do viruses affect us so much during the winter season? The reasons are many and sometimes surprising. While it’s true to say that viruses love the cold (they replicate and spread more easily when the temperature drops), the real enemy is rather the body’s inability to adapt to its surroundings .

Basically, our immune system is not ready for the viruses that take us by storm as soon as the mercury drops a little.

Les raisons extrinsèques pour lesquelles notre système immunitaire nous joue des tours à l’automne sont :

  • Diminution de luminosité. On s’en rend compte rapidement, les journées raccourcissent et notre exposition à la lumière est réduite. Notre production de vitamine D, grandement impliquée dans les processus immunitaires, chute drastiquement.
  • Changement des routines. Le retour à l’école (ou à la garderie) signifie le retour du stress, le manque de temps, l’alimentation qui change, etc. Tous ces changements entraîneront des pertes d’heures de sommeil, une augmentation des niveaux de stress et une perte de la qualité de l’alimentation (moins de légumes verts, plus de restauration rapide, retour des lunchs similaires chaque jour, augmentation de la consommation de produits transformés, etc.).
  • Mode de vie casanier. Même si on fait un effort, on passera forcément plus de temps à l’intérieur pendant la saison froide. La proximité avec d’autres personnes, combinée à la mise en circulation dans l’air des virus par les systèmes de chauffage artificiels, augmente notre exposition aux germes.

Renforcer les troupes

Une armée qui part en guerre se doit d’être forte, constituée de soldats nombreux et bien entraînés. Il en va de même pour notre corps. Notre système immunitaire doit avoir des soldats prêts au combat : ce sont nos globules blancs (lymphocytes) et nos anticorps.

La production de ces cellules est régulée par le système nerveux, le chef d’orchestre de l’ensemble des fonctions du corps.

Lorsque la fonction nerveuse est perturbée, le système immunitaire ne produira pas suffisamment de petits soldats, ce qui diminuera son efficacité.

La subluxation vertébrale, une dysfonction articulaire entre deux vertèbres, déséquilibre le système nerveux (cerveau, moelle épinière et nerfs) et, par conséquent, le système immunitaire.

Des études ont démontré que les soins chiropratiques augmentent la production de globules blancs et diminuent la production de cytokines pro-inflammatoires (molécules qui stimulent l’inflammation). Une autre étude newyorkaise a rapporté une augmentation de 200 % de l’immunité des patients qui bénéficient de soins chiropratiques préventifs par rapport à ceux qui n’en reçoivent pas. D’ailleurs, l’épidémie de grippe de 1918 aurait fait moins de morts (au prorata) chez les patients suivis en chiropratique.

Cela dit, on comprend mieux que les virus et les germes ne sont pas nécessairement la bonne cible quand vient le temps de combattre le rhume et la grippe puisqu’ils sont présents tout au long de l’année. Alors, oublions les savons antibactériens qui contribuent à la résistance des bactéries et les désinfectants à l’alcool qui assèchent les muqueuses et créent des portes d’entrée systémiques par l’épiderme. On se lave simplement les mains avec du savon (tout ce qu’il y a de plus ordinaire, un savon de Castille ou de Marseille, par exemple), sans en faire une obsession. Notre corps doit modérément être exposé aux germes s’il veut pouvoir s’entraîner adéquatement.

Afin de renforcer nos troupes correctement, on doit d’abord s’assurer d’avoir une fonction nerveuse optimale (connexion optimale). L’ajustement chiropratique est la méthode la plus efficace pour y parvenir. Les soins chiropratiques optimisent certes la fonction nerveuse, mais aussi la biomécanique du corps : d’une pierre, deux coups!

Les ajustements chiropratiques corrigent les subluxations vertébrales et renforce l’adaptation du corps face au stress. Mais le stress prend plusieurs formes et les saines habitudes de vie contribuent fortement à en réduire les dommages :

  • Alimentation optimale : Le corps fonctionne à partir de l’énergie et des nutriments qu’on lui offre. Favoriser les légumes et les fruits ainsi que les noix et les graines aide à combler les besoins énergétiques et nutritifs. Les aliments riches en vitamine C, en oméga-3 et en zinc sont particulièrement importants dans la construction et le maintien d’un système immunitaire fort. On réduit notre consommation de sucre, qui affaiblit le système immunitaire, et de produits laitiers qui pourraient épaissir le mucus. On s’hydrate adéquatement et on réduit notre consommation d’alcool.
  • Mouvement optimal : L’exercice physique renforce la capacité pulmonaire et aide le corps à s’oxygéner. Bouger régulièrement favorise une bonne immunité.
  • Repos optimal : La qualité du sommeil est primordiale pour la saine gestion du stress par le corps et pour son immunité. Les études sont nombreuses : un sommeil perturbé affecte la qualité du système immunitaire. Pour se préparer à une bonne nuit de sommeil, on troque nos écrans pour un livre ou une autre activité sans technologie, au moins une heure avant d’aller se coucher (en raison de la lumière bleue diffusée par les écrans, qui dérange le cycle éveil-sommeil). On établit un horaire fixe et on dort dans le noir autant que possible.
  • Optimal environment : In order to help our lungs function well, we avoid irritants and allergens. Perfumes, scented candles, perfume diffusers (except essential oil diffusers) are to be avoided. Linens are washed regularly in hot water to remove dust mites and shag rugs are disposed of, especially in bedrooms. Every room in the house is ventilated regularly by opening the windows, even in winter. The temperature in the bedrooms is kept around 18 C at night.
  • Optimal Thinking : Emotional stress (relational, financial, etc.) is very harmful for the nervous system. It disrupts the body’s chemical balance by increasing the secretion of adrenaline and cortisol, which in turn reduces the efficiency of many systems, including the immune system. To reduce stress, we first tackle the source when possible (financial arrangement, job change, family reorganization, etc.), then we learn to manage residual stress by adopting meditation, yoga or breathing techniques. Exercise is also a great valve.

Time for refueling

Now that we have strengthened our system, we can give it a little extra boost by providing it with some weapons.

  • The nasal shower. This habit is particularly effective in children. Whether using a commercial or homemade saline solution, the nasal cavities are cleaned with a syringe at a rate of 5 to 10 ml per nostril. We fly and voila! For small, well-blocked noses, you can use a nasal aspirator.
  • Supplements. Even when we adopt a healthy diet, our vitamin and mineral needs may not be met. This is even more true in children, who sometimes shun vegetables and certain foods.
    Any supplement should be of good quality, check with a pharmacist. The preferred supplements are vitamin D, omega-3s and probiotics for all. In adults, additional magnesium and zinc are added. To ensure all needs are met, young and old can also consume a multivitamin.
  • Other natural products. Pharmacist Jean-Yves Dionne, the expert in natural health products in Quebec, offers some tips to fight colds and flu: echinacea (very high quality), oregano oil (in adults only , in prediluted drops), elderberry (some natural syrups for children contain it) and garlic. Other essential oils are effective in stimulating immunity and fighting pathogens: frankincense, cinnamon, fir, tea tree, etc. Always dilute oils for topical application in children. Read labels carefully and inform yourself adequately.
  • Fever. Fever is a formidable weapon against germs, which poorly survive high temperatures. Our first instinct should therefore not be to lower it at all costs. The fever in itself is not dangerous, even when it is high. It is particularly effective during sleep, which is why it usually rises at night. We can choose to control our fever or that of our child to ensure a certain comfort. A doctor is consulted if it persists for more than three days or if it is accompanied by very severe neck stiffness.

In short, we are regularly adjusted by a chiropractor to ensure optimal health of the nervous system, then we adopt healthy lifestyle habits to which we can add some supplements.

Are you ready for war, General?

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *